Rechercher
  • Plume

M'interdire de vivre ? Plutôt mûrir


Bon, alors alors...Que faut-il penser de tout ce qui se trame ?


Je ressens pour ma part, une certaine urgence. Une urgence à devoir apprendre, me former rapidement sur les plantes, les moyens de subsistance, les remèdes naturels, l'autonomie, les alternatives en tout genre dont nous disposons, gratuitement.


Je sais que cet été s'annonce faussement salvateur, comme une belle illusion de soulagement provisoire, car je vois beaucoup de gens en panique, pas loin de l'agonie, au regard de leurs comportements dès qu'on a bien voulu leur donner généreusement l'autorisation de sortir.


On nous demande de faire des choix pour lesquels nous n'avons pas le temps de réfléchir, ni à leur bienfondé ni aux dangers de leurs conséquences irrémédiables. Vite vite vite, dépêchez-vous de faire ce qui vous donnera le droit de re-vivre "normalement".

"On" est un con et la précipitation peut mener au regret. Attention à nos décisions, elles fermeront notre avenir ou lui permettront d'être sans limite.


Lorsque la peur mène le jeu, elle précipite l'issue dans un univers où il ne sentira pas très bon de se balader, où le voyage sera dangereux, où la sécurité sera synonyme d'être coupé du monde, où l'intérêt de la découverte de l'autre, sera réduit au partage d'un cocktail virtuel au comptoir de l'oubli.


Je choisis de garder ma ligne directrice qui écoute mon coeur plutôt que la peur et qui souhaite s'accorder avec les autres comme la mécanique des métronomes, qui, si nous lui en laissons le temps, finit par faire se synchroniser l'ensemble.


Chers humains, frères et soeurs de sang, de tripes et de rêves, les battements de nos vies doivent s'accorder, danser sur une mesure commune pour que la vie quantique du plus petit au plus grand des éléments, soit harmonieuse. Cela ne veut pas dire abandonner notre identité propre, bien au contraire.


Je comprends la peur de sortir du rang de l'armée du non-sens, mais nous devons faire ce pas de côté, avec humilité et respect pour honorer la vie qui circule dans nos veines.

Rien ne se crée, tout se transforme, mais ne confondons pas, transformation et altération inacceptable de notre constitution physique et législative et de ce qu'il a de plus beau en chaque être, sa spécificité, sa particularité nécessaire à l'ensemble. L'uniformisation des comportements nous prive de nos richesses individuelles.

Chacun de nous et chacune de nos activités sont essentiels.


Livrer notre corps aux expérimentations lucratives tels de gentils rats de laboratoire, est le principal danger duquel nous devons nous méfier.


Mes amis, n'abandonnez pas à la vague craintive majoritaire (c'est encore à prouver) votre libre arbitre. Ne perdez pas vos facultés de comprendre ce qui se joue, au profit d'une tranquille illusion.


Le pouvoir que nous possédons tous est immense, il peut nous auto-détruire ou nous propulser en dehors du chaos.

L'homéostasie* dont est doté notre corps, se fera toujours malgré les détours que nous lui infligeons à force d'ignorer ses messages d'alerte.


Si tu tiens à la vie, pas celle qu'on te suggère dans les spots publicitaires mais, celle qui est heureuse et ne coûte pas un centime, regarde, observe, comprend que toutes les réponses sont à portée de main si tu détaches les liens dans lesquels on t'a enserré.


C'est une possibilité de choix comme il y en a des milliers d'autres, mais au bout du compte, c'est toujours toi qui décide.


*Processus de régulation par lequel l'organisme maintient les différentes constantes du milieu intérieur (ensemble des liquides de l'organisme) entre les limites des valeurs normales.

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout